De Liévin à Sciences Po Lille

Partager :

Lecture : moins de trois minutes. Article initialement publié ici en septembre 2017.

Mai 2017. Dix jours avant les épreuves du concours commun pour Sciences Po Lille, dans une salle de classe du lycée Darras, à Liévin (Pas-de-Calais).

Agathe, 17 ans : « Il y aura des gens plus favorisés que nous. Certains viendront de lycées où ils sont plus armés. Ils auront plus de connaissances. Nous, on vient de Liévin… »

Mélissa, 17 ans : « Franchement, peu importe s’ils sont fils ou fille de ministres. On s’en fout. Faut arrêter avec les classes sociales ! »

Agathe encore : « Pour réussir, on doit plus travailler… On a moins de chance que quelqu’un à qui les parents parlent de Charles de Gaulle depuis qu’il est né. »

Appuyé sur un coin de table, Yann Jeantet, professeur d’histoire-géographie, écoute ses élèves débattre, un sourire aux lèvres. « Ici, on fait la prépa PEI depuis quelques années. Il manque un esprit “guerrier”, “boxeur”. Ce manque, on le retrouve dans d’autres zones géographiques.”

« Franchement, peu importe s’ils sont fils ou fille de ministres. On s’en fout. Faut arrêter avec les classes sociales ! »

Mélissa, 17 ans, en terminale à Liévin (62)

Le Programme d’études intégrées (PEI), lancé en 2007, permet aux lycéens boursiers de préparer quasi-gratuitement le concours d’entrée à Sciences Po Lille et six autres IEP de province. Depuis, deux élèves du lycée Darras ont réussi le concours pendant l’année du bac et une petite dizaine l’ont obtenu un an plus tard. L’enseignant poursuit : « Le manque de confiance est quelque chose de largement partagé ici. »

De son lycée à Liévin à Sciences Po, Mélissa vit son rêve d’accéder à une grande école. Crédit photo : SCC

Mélissa se souvient de la réaction de ses parents quand elle annonce « Je veux faire Sciences Po ! », en début de terminale. « Mais dans quoi tu t’embarques ? », s’étonnent son père, policier, et sa mère, scolarisée jusqu’en troisième. Ils l’encouragent du bout des lèvres : le bac d’abord.

30 juin 2017. Un vendredi. Les résultats définitifs du concours d’entrée sont publiés. Mélissa lit son nom dans la liste principale des admis à Sciences Po Lille. Elle appelle son père, « super fière ». Il craque des larmes de joie. L’adolescente aussi : « Dans mon lycée, il n’y avait jamais eu de terminale L qui avait réussi ce concours. Vraiment, il ne faut jamais baisser les bras !”

Par Sheerazad Chekaik-Chaila


Partager :